Cartographie des hôtels aristocratiques en 1300 et en 1400

B. Bove (Histoire médiévale, université de Paris 8)

L’existence de nombreux hôtels aristocratique dans la ville dès la fin du XIVe siècle ne fait guère de doute et a donné lieu à quelques essais de cartographie dès la fin du XIXe siècle. Leur recensement ne va pas cependant sans poser des problèmes, les auteurs des cartes ne définissant pas ce qu’ils entendaient par « hôtel » et hésitant parfois entre diachronie et synchronie. On fera le choix ici d’une définition sociale et foncière de l’hôtel, et non architecturale, en recensant les propriétés des nobles et des prélats (évêques et abbés) à un moment donné. Reste à définir les moments pertinents pour opérer ces instantanés. Les années 1400 s’imposent car les sources foncières sont abondantes à cette époque et ont été beaucoup exploitées dans le cadre de nombreuses monographies érudites parues le plus souvent avant 1940. On les mettra en regard avec les informations fournies par les rôles d’imposition dans les années 1300 qui taxent les concierges et les portiers des résidences aristocratiques.

Le recensement est encore en cours, mais il a atteint une masse critique d’informations qui permet de dresser un premier bilan de cette recherche. D’abord le grand nombre d’hôtels dans la ville : 99 pour 1400. Ensuite leur précocité : on en trouve 69 dès 1300. Leur répartition paraît obéir à des contraintes foncières plus que politiques, ce qui explique qu’ils soient moins bien représentés au centre ville qu’à la périphérie, et qu’ils soient abondants sur la rive gauche alors que les résidences royales sont dans la Cité et sur la rive droite. Les hôtels les plus proches du centre sont en général sur la rive droite et appartiennent à des abbayes. Cette localisation s’explique dans leur cas par leur fonction économique et la proximité des ports fluviaux. Les hôtels aristocratiques laïcs s’installent volontiers le long de l’enceinte de Philippe Auguste, dont ils captent les tours, tandis que les résidences des prélats se concentrent sur la rive gauche.